Pernelle Gaufillet Ventura

Vidéos-fictions



                                           Le Gang des Poupées Tueuses ; 4 min 43, Août 2006 - Mars 2016

Le Gang des Poupées Tueuses met en résonance deux séquences vidéos tournées avec les mêmes actrices et dans le même lieu mais à dix ans d'intervalle. Aucun scénario n’est préparé, l’idée étant de rejouer le processus de « tournage à la volée » comme le font les enfants, surjouant et gardant une forme de liberté et de spontanéité.


                                                         title=/
                                                       Tesseract ; Simulation du split screen, Projet vidéo dans le cadre de la manifest-
                                                       ation Croisements Numériques à Saint Nazaire - Mars 2015

Tesseract réorganise l'architecture et le temps de la chapelle des Franciscains grâce à un pliage vidéo. Une imbrication de perspectives rend l'espace fictionnel et impraticable : pourtant des gens s'y déplacent. L'installation ne capte que très peu de choses, elle crée un espace partagé. Des gestes passent furtivement avant de disparaître dans les angles morts.




                                           Un monde parfait ; 6 min 57, Janv. 2014



                                           Sans visage ; 15 min 54, mars 2014



                                           Passages ; 5 min 9, Mai 2014

Le décor est planté autour de personnages solitaires. Ils évoluent dans différents espaces, scénettes créées au moyen de différentes techniques rendant la narration onirique et absurde. En sortant de son contexte, le son permet alors le passage d'un univers à un autre.






Le E là-bas ; extraits, vidéo, 12 min 36, Déc. 2013

Il s’agit de l’enregistrement sonore brut d’une interpellation entre deux jeunes hommes présumés ivres et des policiers. La scène se passe de nuit, et, à cet échange vif qui tourne parfois à l’absurde, est associé le plan vidéo d’un passage à niveau déserté de toute présence humaine. L’apparition fugace des sous-titres portée par la cacophonie des voix, à la manière d’un dialogue de théâtre, contribue à brouiller les rôles communément établis.